• Accueil
  • Actions municipales
  • Environnement

Changeons de regard !

Depuis 2012, les élus en concertation avec les agents municipaux ont décidé d’arrêter l'usage des pesticides dans les cimetières et espaces communaux. Des nouvelles méthodes d’entretien sont depuis mises en œuvre :

  • Elaboration d’un PAPPH depuis 2016 avec application des fiches actions définies par celui-ci (Engazonnement du cimetière et bords de voirie, .....)
  • Obtention du label « Terre saine » et « 0 phyto niveau 3 »
  • Achat de matériel prévu au PAPPH et financé en partie par l’agence de l’eau (balayeuse, réciprocateurs, bruleurs).
  • Utilisation de méthodes alternatives de désherbage (désherbage mécanique, thermique ou manuelle).
  • Engazonnement et/ou plantation des lieux actuellement gravillonnés ou sablés.
  • Tolérance du développement d'une flore locale.
  • Fauchage tardif des accotements de chemins extérieur au village.

objectif zero phyto   terre saine

 

Un regard différent

Par ces nouvelles pratiques, les cimetières et abords de voiries se sont modifiés et vont continuer à se modifier visuellement. La végétation y sera plus présente, plus adaptée à son environnement, le tout dans le respect des usagers de ces lieux.

Le changement de stratégie d’entretien s'inscrit dans une volonté par la mairie de mieux protéger ses agents, sa population, l’environnement de la commune, mais aussi par rapport à des changements réglementaires (loi Labbé).

Santé

Les pesticides présentent un risque pour la santé humaine. Ils peuvent être responsables d’irritation, d'allergies mais aussi de complications plus graves comme la diminution de la fertilité ou bien des cancers.

Environnement

Tout traitement chimique a inévitablement un impact sur l’environnement. Certaines molécules sont retrouvées dans les analyses des eaux de surfaces et souterraines, eaux consommées par l’homme.
De plus, certains pesticides ne sont pas sélectifs dans leurs actions, ils vont aussi bien éliminer la faune indésirable (puceron ... ) que la faune auxiliaire (coccinelle, abeille). Ils auront donc des conséquences néfastes sur les chaînes alimentaires, induisant des déséquilibres dans les cycles naturels.

Cependant, pour une plus grande efficacité de nos mesures, la participation de toute la commune dans cette démarche serait un plus. Les pollutions qui résultent des usages particuliers sont le plus souvent dues à la méconnaissance des doses, des jours les plus propices pour traiter, ou bien des produits à utiliser en fonction des espèces. C'est pourquoi, la Mairie et ses agents se proposent de vous accompagner dans cette démarche de réduction d'utilisation des pesticides en vous conseillant, par exemple, sur des techniques alternatives.

Et rappelez-vous, tolérer les plantes spontanées ne veut pas dire laisser à l’abandon !

En utilisant ce site web, vous nous autorisez à utiliser des cookies.